jump to navigation

Le « Design Thinking » ou la nouvelle donne de l’innovation (w/ @HECParis) 11/11/2014

Posted by evidencesx in agile, business development, design, flexible, innovation, lean, startup, thinking.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

Bien ce nouveau village, le village by CA et cette soirée assez surprenante d’une belle ovation aux nouvelles formes d’organisation de l’innovation. Le 20 Novembre, une belle réunion sous la houlette de « HEC Alumni Technologies avancées« , avec plusieurs participants, témoins, acteurs ou chercheurs. Chercheurs d’un sens nouveau dans cette économie sclérosée et tellement nécessiteuse d’une pensée libérée et accompagnée par une action incessante, réactive, flexible et souhaitée. Souhaitée par le design et la demande des clients, toujours plus proche, adaptée et smart.

L’accélération des cycles d’innovation, l’inflation du volume des connaissances, les technologies du numérique, des transformations sociales et sociétales fulgurantes… tant de facteurs qui poussent les entreprises à expérimenter de nouveaux modes d’organisation de l’innovation et de la R&D, comme le Design Thinking.

L’objectif est de rendre les entreprises plus agiles, sous l’impulsion de modes comme le « Lean » bien connu…Les thèmes développés autour d’un partage d’expériences ont porté notamment sur :

  • Les événements déclencheurs qui ont amené à dédier des ressources au design thinking,
  • Des indications sur les moyens à déployer et la gouvernance du projet, ainsi que les nouveaux modes de gouvernance, dans un environnement devenu collaboratif plus que hiérarchique
  • Les problèmes rencontrés mais également les réussites, résultats obtenus lors du déploiement de la nouvelle organisation,
  • Des conseils pour développer une approche « design thinking » et notamment des structures adaptées, agiles, à côté d’organisations plus massives

DesignThinking1

C’est sur c’est très tentant d’organiser le renouveau et surtout l’avenir indispensable des structures confortables, qui peuvent connaître brutalement une sortie de piste fatale (a été cité l’exemple de Kodak, complètement sorti du jeu monopolistique de la photographie avec l’arrivée du numérique…). La multiplicité et la fragmentation de l’information devenue banalisée et accessible à tous (open source…), il faut désormais tirer tous les avantages des modes collaboratifs, en organisant de la « pensée multiple », du « team innovation », en autorisant même la destruction d’activités en déclin (« licensed to kill » signifie organiser sa propre concurrence et cannibalisation, en incarnant son propre danger, en interne ou dans une structure légère « intrapreneuse »).

L’heure est venue d’accepter le mystère, de vivre avec l’ambiguïté, de cultiver des (nouveaux) modèles fertiles

Yeah, ça force le respect. Disruption, game changing, open innovation, out of the box, design thinking…de nouvelles écoles de pensée, mais pas que. Après la mode des « think-tank », voici l’ère du « proof of concept », du prototypage tous azimuts, gorgés de sève régénératrice pour les groupes ancestraux qui peinent à veiller, voire en manque de vision.

L’agilité et la flexibilité sont devenues des pré-requis, car le capital est cher et plus rare, capital en général très consommé dans la R&D classique. L’aversion au risque, jusqu’à soupçonner son voisin et le manque de confiance ambiant poussent donc vers des réflexions rapides, légères et différentes. Organisé autour de la diversité (Hommes/Femmes, origines culturelles, âge…), les équipes sont passionnées, sans Dieu ni maître (presque) et organisent le chaos de la pensée, autant internes que recrutées à l’extérieur. Une véritable ruche donc, pas très rassurant pour les actionnaires, plus sensibles aux KPI, ROI et rentabilités sonnantes et trébuchantes, mais force est de constater, que de ces petites coquilles, sortiront peut-être des pépites ?

Comme un chercheur d’or qui fait la fortune de son patron, mais qui peut finir, lui, épuisé et pauvre…

Un beau morceau d’espoir donc, qui illustre bien les nouveaux modes de pensée de l’innovation disruptive, souple et collaborative. Un mode qui devra convaincre, gravir et prouver qu’il est l’avenir des organisations et des humains, remis au centre du processus de création. Non les machines ne l’emporteront pas, elles seront domptées et épauleront l’homme, incarneront le progrès, mais resteront des moyens modernes et non des fins, fin des processus humains.

De Gaulle disait « des chercheurs qui cherchent on en trouve, des chercheurs qui trouvent, on en cherche ». Espérons qu’ils soient tous de ceux-là…

Un bon site sur le sujet pour les passionnés : « design thinking blog« 

Bookmark and Share

Publicités

L’Innovation et le Design : le bien et le beau 04/12/2009

Posted by evidencesx in innovation, management.
Tags: , , ,
1 comment so far

Le Design est une matière bien mystérieuse…Autrefois rangée au rang des choses inutiles et/ou très chères, le Design est entré en fait dans tous les foyers grâce à des entreprises (innovantes au passage…) comme Ikéa ou Alessi, qui en jouant du plaisir, ont rendu l’utile, non seulement beau, mais accessible. Ainsi des entreprises comme IDEO, ont magnifié l’art du Design, en utilisant toutes ses facettes, pour accoucher de l’innovation la plus efficace, dans tous les domaines. Comme si le Design était partout en fait. Design des produits, des services, des relations, Design social, de l’être, on peut considérer que le beau est plus que jamais beau, parce qu’il n’est plus accessoire, mais essentiel, dans nos gestes quotidiens : le réveil et l’essort d’un édifice collectif, d’une réflexion de groupe, un brainstorming comme on l’appelle…chez IDEO, le désormais fameux cas du « shopping cart », redéfini de A à Z par une équipe pluridisciplinaire montre à quel point faire du beau est innovant, mais finalement le chef d’oeuvre, c’est que cela est fait ensemble, dans un respect, un design relationnel, consistant à avoir le meilleur « commitment » de tout le monde : le mystère de l’émulation de groupe qui fait que le résultat est plus que la somme des individus.

Et quand bien même il y aurait une faille (a fail ?), il serait utile, il y aurait une esthétique de l’échec et une utilité primaire, à échouer comme tend à démontrer Michael Maddock (Maddock Douglas, Companies driven by innovation services).

Le Design est donc entré partout et constitue un élément de l’ADN des services et des produits, au même titre que l’architecture, la structure, les composants et les personnes. On ne peut que s’en réjouir, car le beau, c’est quand même mieux…ça détend, ça ouvre et c’est agréable : à l’oeil, au toucher, au développement de tous les sens.

Et puis regardons des initiatives comme Innocentive, communauté en ligne, sorte de Wikipedia de l’innovation : une communauté où vous pouvez vous inscrire, poser un problème et voir résolu gratuitement par des régiments d’experts…ou bien vous mêmes, révéler votre expertise en participant à la résolution d’un problème. Une belle collaboration pour un Design relationnel efficace. Ici, on voit de manière évidente les apports du web participatif, et l’essence collaborative : la confiance, l’écoute et la participation. J’avoue puiser infiniment vers ces sources d’idées et ces comportements désintéressés et plein d’intérêt pourtant : comme si poussés par la seule beauté du geste, la race humaine était capable de se mobiliser pour résoudre et aider, sans contrepartie, ni calcul. Car l’entraide, mets son moi en arrière, le préserve et élève son esprit. Lorsque l’âme est belle, elle est libérée de ses tentations destructrices, et déchaîne sa créativité. Fédérons, encourageons à réfléchir « out of the box », en ne renonçant à rien, imaginons l’impossible, et s’il est réellement impossible, rendons le possible. Et considérons que l’innovation est à la portée de tous, car elle est parfois simple et sous nos yeux. Un rien la révèle et le saut créatif est là.

Ensemble, tout est plus beau.

Bookmark and Share