jump to navigation

Leadership et Survie 30/01/2012

Posted by evidencesx in économie, entrepreneuriat, management, stratégie.
Tags: , , , ,
add a comment

Si il y a parfois des genres incroyables en terme de leadership, on peut se tourner vers les sportifs et…les grands voyageurs. A la lumière d’Ernest Shackelton, et sa célèbre expédition au pôle Sud qui lui a valut d’être anobli par Edouard VII, marquée par d’énormes doutes mais surtout décisions, qualifiée d’ambitieuses. Même si le solde de cette expédition na pas été celui qu’on attendait, les qualités courageuses, après le naufrage de son navire « L’Endurance », lui ont permis de dépasser les enjeux en présence et de sauver l’expédition et ses hommes. Le parallèle avec des organisation économiques et leur destin de vie ou de mort reste très actuel : comment, à l’aune d’éléments, de données ou bien même d’incertitudes, prendre les bonnes décisions ? HBS en a même fait un business case, il y a quelques années de cela….

Lors de cette impressionnante expédition reprise sur le graphique ci-dessus, il teste sans arrêt sa capacité à prendre des décisions dans des situations sans cesse changeantes, en maintenant le moral et le pilotage des équipes, leur donnant courage, dignité et espoir. Ce n’est pas rien…lorsqu’on sait l’importance des équipes dans une organisation humaine (encore plus ici, laissée pour compte, dans un environnement hostile, dans l’inconnu…). on retiendra bien entendu, au delà de tout, une équipe unie et soudée jusqu’au bout, dans un péril repoussant les limites et des moyens inexistants : lorsque la survie est en jeu, l’individu forcément met en route ses capteurs de défense pour survivre et en cela, active des fonctions enfouies jusque là…

Dans des temps difficiles pour l’emploi, l’économie et la valeur, il est plus que temps pour rester unis et dynamiser l’innovation collective pour réinventer le futur. Et le leader, figure de proue, est un animateur plus qu’un dirigeant, qui cristallise et emporte l’adhésion par sa seule volonté, vision et croyance dans un projet global. Chapeau et soulignons l’effort quotidien de telles initiatives…

Bookmark and Share

Décision deuxzéro sans le deux… 08/07/2010

Posted by evidencesx in innovation, management.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Bien, il va falloir décider. Le processus complexe visant à être informé, comprendre, intégrer, analyser et prendre une décision est devenu à la fois simple et compliqué : simple parce qu’il est essentiel (ne rien décider c’est déjà prendre une décision !) et compliqué parce que les sources et outils pour être en situation de le faire, sont aujourd’hui trop nombreuses…Fini le temps de l’administration centralisée de la décision, place au communautaire, à l’innovation collective, aux clients influenceurs et aux processus de créativité multi-culturels. Déjà, sur la diversité, je vous avais averti, la résultante s’impose aujourd’hui comme une richesse d’opinions et une efficacité, en tous cas entrepreneuriale.

Force est de constater qu’il y a tout de même un écueil actuel, et de taille…la crise de confiance. Plus de confiance dans les institutions, démission de l’éducation, des religions, des cellules parentales et familiales, la politique et bien évidemment ce qui constituait autrefois “la santé” (= le travail !) devient aliénant, et encore pour ceux qui ont la chance d’en avoir un. Ironie donc : travailler c’est exister, mais c’est intégrer un monde de fous (dangereux ?)…Que choisir la folie ou l’oubli ?

Pourquoi ce titre ? Parce qu’à l’heure justement de la sur-information induite par le réseau « web » (blog, micro-blogs, rss, chroniques, modération et avis clients…), il est extrêmement difficile de qualifier, croire et s’appuyer sur ce qui est dit. Est-ce une raison pour ne plus décider ? Décider, c’est anticiper, c’est manager et diriger une entité, entreprise, un projet auquel on demande de croire (les teams ou « followers »), c’est donc extrêmement important de montrer qu’il y a du savoir et du savoir-faire (pour le savoir être, malheureusement ce n’est plus trop enseigné…). La chaîne de management de la performance et ses étapes bien organisées (schéma), nous montrent comment nous sommes poussés à toujours plus, et pas forcément toujours mieux. Que fait-on dans ce cas, de l’individu en tant que tel, n’est-il « plus » qu’une machine à plus ?

En fait, plus que le stress qui tue et la pression qui aliène, la capacité de prendre des décisions est bien un modèle indispensable à la santé mentale. Mais qui et quoi y préparent ?

Des gens sérieux réfléchissent encore aux phénomènes difficiles de la décision, et aux différents process pour y arriver…Mais bien souvent les décisions se prennent avant même d’avoir appréhendé le problème, par laxisme, par sport. La multitude des supports, sources rend certes l’exercice plus complexe encore, mais après tout c’est le job d’un dirigeant de savoir déterminer l’essentiel et de l’exploiter au plus juste. Décider, c’est donc indispensable pour le bien être des équipes. Et même si ce sont parfois des décisions controversées, il faut en prendre. Et puis aujourd’hui, nous sommes plus que jamais dans une époque où le système décisionnel pyramidal est remis en cause : la base de la révolution des communautés, qui dictent désormais aux entreprises, leur stratégie. L’ère de l’influence, du « social consumer », des projets collaboratifs vient bouleverser les équipes hiérarchiques en leur imposant un nouveau mode de pensée managérial : l’innovation collective.

Alors de deux choses l’une : ou bien les managers restent timides, se réfugient derrière des systèmes d’échappement permanent de leurs responsabilités et vont ainsi perdre leur crédibilité ou bien ils anticipent et organisent des systèmes collaboratifs d’innovation et de mouvement, permettant aux entreprises de bouger, de réagir et de créer. La confiance est de mise, dans cette malheureuse ère « post-crise », dont on dit (ça arrange certains), que cela va durer. Un bel exemple de collaboration et de mouvement d’ensemble, ensemble pour innover et décider. Dassault Système et son intranet collaboratif, dont le succès a dépassé l’imagination des concepts d’entreprise 2.0…

Osons, continuons, décidons l’innovation collectivement…Il suffit de le vouloir.

Bookmark and Share