jump to navigation

Science et management : corrélations et errements… 21/09/2011

Posted by evidencesx in économie, innovation, management, stratégie.
Tags: , , , ,
trackback

Mardi 20 septembre, l’Exed de HEC organisait une soirée conférence en présence de Cédric Villani, mathématicien Français médaillé Fields 2010. Le sujet, apparemment loin des problématiques d’écoles de commerce et de management a permis de soulever plusieurs idées intéressantes sur le destin de chercheur scientifique et celui d’un leader-manager. Le sujet intitulé « la recherche scientifique comme métaphore de la fonction de dirigeant«  laissait entrevoir des idées extrêmement intéressantes entre ces deux univers : les chiffres, les données avec la vigie, l’intuition et l’imagination…Mais la mathématique, discipline qui semble abstraite par essence,e st avant tout une affaire d’êtres humains où chaque scientifique mène sa recherche dans un laboratoire d’idées, avec des ressources (concepts, connaissance et équations) comme une entreprise…Tout comme le dirigeant d’entreprise ou le manager, le chercheur doit savoir s’exposer dans une situation vulnérable afin de progresser, surmonter sa peur, ses doutes, ses incertitudes pour innover et prendre des risques. Mais aussi savoir tenir compte de la chance et du hasard, au gré des rencontres, des déclics et des « Euréka ». La quête d’un graal pas toujours commun, qui mène pourtant parfois au désespoir. Celui de n’avoir pas trouvé avant (pensons au savant qui aurait pu sauver des vies…), celui d’avoir hésité et aussi celui d’avoir trouvé : avec un vide de désoeuvrement qui mène parfois à la dépression…

A travers un exposé intitulé « des triangles, des gaz et des hommes », Cédric Villani parcourt très rapidement son expériences et les phases importantes de sa vie (encore jeune certes, mais plutôt bien remplie…). Education, déclics, rencontres importantes, passant de l’enseignement « primaire » des mathématiques au déclenchement en 3ème, vers sa prodigieuse aventure. J’aime à qualifier d’aventure, car la romance apportée par le terme permet tout sauf l’ennui et l’inaperçu. Car en fait les mathématiques créent, inventent, innovent sans fin, dans des processus dignes de l’innovation la plus pointue. Mais souvent, la manière d’en parler et de s’en servir nous apparaît trop abstraite, à commencer par les cours à l’école où l’on nous fait ingurgiter des formules, théorèmes et équations par coeur, sans but avoué…pas de pratique = oubli certain. Car « par coeur sans coeur point ne demeure ». Et pourtant à travers Cédric, qui semble lui bien avoir perçu ce que devrait être l’éducation des sciences et qui en tous cas met en oeuvre son style tout à fait pertinent, un mélange d’anecdotes, de fond théorique et d’applications pratiques. Voyons quelques points saillants nécessaires au bon chercheur et qui semblent faire écho aux managers modernes :

  • imagination, intuition, créativité : sans cela point de salut…
  • rigueur, ténacité, ordre et grandeur : les chevaliers d’une quête (une aventure je vous l’avais bien dit…)
  • la composante universelle et égalitaire des mathématiques : tout le monde y a accès (certes avec quelques connaissances, mais avec peu de moyens) ; un concept qui donne de l’espoir aux créateurs d’entreprise…
  • une forme d’idéalisme, qui pousse à l’infini, l’incomplet, au chef d’oeuvre jamais achevé : comme un collectionneur qui guette la dernière pièce du puzzle…
  • l’humilité, l’écoute et l’entraide : des valeurs sociales, chrétiennes, d’entreprise (logiquement), bref des valeurs essentielles à la progression. Qui sait échouer, sait essayer. Et avant de transformer l’essai, que de tentatives, d’impasses et de feuilles blanches. L’énergie d’une équipe face à son destin
  • le sans cesse recommencement, l’idée d’être toujours une forme de débutant, de désapprendre et de regarder les choses autrement : un apprentissage tout au long de sa vie
Le raisonnement en mathématique a quelque chose de stratégique et derrière les démonstrations surgit l’intuition économique : celle de l’intention stratégique d’une entreprise, les parties du business model (proposition de valeur, chaîne de valeur et équation économique). Un vrai bon moment inattendu, nous rappelant quelques souvenirs d’enfance (et quelques mots de tête), soulignant un métier solitaire, de doutes et d’ombre. Un métier qui souvent d’ailleurs méconnu et peu apprécié, et pourtant la voie royale d’un bon étudiant, toujours ; avec une désaffection importante dans l’envie de carrière…Gageons qu’avec des personnalités comme Cédric, l’on retrouve goût aux défis, aux démonstrations, aux quêtes ultimes, pour se dépasser et faire avancer la recherche et aussi l’entrepreneuriat. Alors même si l’équation finale n’est jamais résolue, elle fait figure de chef d’oeuvre d’un artisanat rare, comme justement la production d’une entreprise, avec ses secrets de fabrication, ingrédients et recettes : toques, tableaux blancs et calculatrices les outils du chercheur de sens, la vigie d’un leader à la recherche d’une inconnue : x.

Bookmark and Share

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :