jump to navigation

L’équation télévisuelle : que signifie télévision, à part un objet maintenant ? 08/01/2010

Posted by evidencesx in économie, digital, numérique, stratégie, tv.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

Le vieux poste est dépassé. Oublié, à lampes, noir et blanc. Sorti du 20ème siècle, il a subi comme de nombreuses choses, ses révolutions (couleur, numérique, HD, 3D…), et vu son périmètre et ses prérogatives, évoluer. D’abord informative, dirigiste et administrée, elle s’est ouverte au divertissement, au nombre des plaisirs possibles. Les foyers qui captaient, captés et captivés, se sont retrouvés quelque peu hypnotisés et sous l’emprise d’une forme de diabolisation, dixit les détracteurs du petit écran. Et ce vieux poste s’est mis à chauffer, devenu impropre, laid et pas très « green ». En plus, convergence aidant, de nombreux autres appareils électroniques permettent aujourd’hui de capter des chaînes, des images, des vidéos. Comme un chien abandonné pour les vacances, le vieux poste de télévision. Puis les foyers se sont détournés vers le web. Et le web s’est mis à faire de la télévision. Alors on a cherché à faire bouger les gens. Et la télévision s’est mise au mobile et à la mobilité. Pendant ce temps là, perdus car les téléspectateurs ne sont plus les mêmes, changent, critiquent et zappent, les acteurs de la télévision se posent des questions : il va falloir changer quelque chose…mais quoi ? quand, comment ? pour qui ?

C’est la grande énigme de toute la chaîne de valeur. Quels contenus acquérir, quels droits, pour quelle utilisation, sur quels supports et pour combien de temps. Nous entrons dans l’ère un peu plus compliquée de la segmentation…finie la Ford T noire, l’obsession de plaire d’attirer et de conserver ces paires d’yeux qui valent de l’or (audience = publicité = consommation). Le temps de cerveau disponible n’est plus disponible en même temps, pour tout le monde et pour le même besoin.

J’ai essayé de résumer ce que nous avons désormais en face de nous pour résumer la difficile équation de ce secteur, et de tous ceux qui souhaitent y participer (éditeurs, créateurs, distributeurs, diffuseurs, auteurs).

Evidemment, ça surprend un peu, on n’imagine pas une telle complexité dans ce secteur si simple…Apparemment. La donne financière s’est drôlement modifiée. Les acteurs préparés pour la télévision de la première heure, n’ont pas forcément vu venir une telle vague technologique, ni même la grogne sociale et les changements comportementaux de la ménagère de moins de 50 ans.

Nous regardons désormais la télévision tout le temps (pas forcément plus, l’audience moyenne est en légère hausse à 3h30mn et quelques), mieux, et partout (ce qui signifie aussi sur n’importe quel support via n’importe quel mode d’acheminement) :  les fameux trois « A » (Anytime, Anywhere, Any device). Mais nous la regardons mieux, de manière plus sélective, et par à-coups et partout. C’est tout ce qui change : nos humeurs, nos habitudes et nos désirs sont des ordres, où le client est roi. Si la télévision veut (toujours) séduire, il lui faut inventer, son renouveau. Et que cela soit du noir et blanc, du numérique, de la HD ou la nouvelle mode de la 3D, ne change rien : ces images, comment les visionne t-on ?

Le mode de réception est certes segmentant (mobile ou sédentaire, uni ou bi-directionnel), et la continuité est nécessaire : chez moi, au café, dans un gare ou un hotel, enfin en marchant ou en voiture, les images restent les mêmes…Ce cube-matrice, est bien moins anodin qu’il n’en a l’air. Il détermine :

  • la technologie nécessaire (réception, diffusion, visionnage)
  • les droits des oeuvres achetés nécessaires (live, VOD, fenêtres, diffusion unique, catalogue, web – IP ou DSL -…)
  • l’équipement du foyer et la compatibilité existante (renouvellement, compatibilité ascendante, substitution…)
  • les compétences-clef pour les entreprises du secteur : faire de la télévision en broadcast ou en IP ne nécessite pas les mêmes compétences, la HD révolutionne plusieurs métiers

C’est un peu le « rubik’s cube » du monde de la télévision…Et nous ne raisonnons pas dans le vide : la technologie est déjà là, le web progresse à grands pas (débit, réseaux, services), le marché (consommateurs et téléspectateurs) aussi. On va même pouvoir capter de nouveaux auditeurs (la VOD a drainé nombre de foyers en mal de télévision, leur permettant de faire leur propre chaîne et programmes) : le rêve du produit et rien que pour moi, le phénomène de la télévision sociale, celle qui me ressemble, m’écoute et m’incarne. On assiste à des évènements (Social TV Forum Europe), et à la révolution 3D : des accords démarrent sur des chaînes comme ESPN, Discovery Channel, TLC…et Disney qui lorgne sur cette innovation et tout ça cette année au CES, à Las Vegas

Il est bien seul, le vieux poste de télévision que plus personne ne regarde…

Pour les passionnés, un papier intéressant sur agoramedia…ici.

Bookmark and Share

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :